Le concept du festival est la manifestation même d’une dualité.

Dualité dans le nom donné au festival :

Vootoon est le mariage de deux mots « vodoun » qui est la principale réligion endogène du Bénin et du vocable anglais « Cartoon » qui littéralement signifie « dessin animé » ou « bande dessinée ». Dans l’ancien Danxomè (actuel Bénin), tout ce qui a trait à l’art était intimement lié au vodoun, et le dessin trônait en bonne place dans ces arts. Pour preuve, encore aujourd’hui vous ne pouvez pas passer devant un temple vodoun en ville ou en campagne sans remarquer ces dessins d’adeptes ou symboles dont les murs sont bariolés. Le cartoon du latin « cartone » qui veut dire carton. Carton dont les dessinateurs se servaient pour faire leurs croquis.

Vootoon est donc une rencontre du dessin dans ses origines tant en Afrique qu’en Occident parce que ces deux réalités du dessin vivent et cohabitent au Bénin.

Dualité aussi dans son concept car le festival a pour but de faire redécouvrir le dessin au public béninois amateur de dessin. Et ce, par des expositions, des séances de démonstration surtout et des stands de vente d’œuvres de dessinateurs béninois et étrangers. Il a aussi pour but de faire redécouvrir le dessin aux dessinateurs béninois : Portraitistes, caricaturistes, illustrateurs, Bédéistes, etc. Les ateliers, formations et symposium amèneront les dessinateurs à se découvrir mutuellement, échanger des expériences, nouer des partenariats, ce qui manque cruellement à ce secteur au Bénin.

Enfin plus évident, dualité dans la phonographie de Vootoon, où les deux « o » se suivent et donnent le son et le ton du festival à chaque syllabe.

Un festival qui cartonne cartoon bien sûr.